La Ferme de Thanlyin en Birmanie

L’équipe locale du moine Sayadaw Ashin Ottamathara (initiateur du projet) et les étudiants birmans ont été les seuls appuis de Céline dans ce projet

La Birmanie ouvrait ses portes au monde il y a seulement 10 ans avant le récent coup d’État de la junte militaire et l’emprisonnement du parti démocratique. Pays meurtri par la succession des vagues de colonisation allant de l’Angleterre au Japon, le peuple birman souffre continuellement de l’influence de la junte militaire et de plusieurs décennies de dictature. Malgré les dires officiels, Aung San Suu Kyi a toujours les pieds et poings liés et a récemment été assignée à résidence par la junte militaire.

Les ONG et autres organisations ont des difficultés à sortir de Yangoon pour exercer leurs missions. Céline Basset s’estime heureuse d’avoir pu opérer de manière indépendante malgré des conditions sanitaires difficiles (pas d’eau, pas d’électricité, maladies infectieuses, parasitaires, thyphoide, tuberculose, pas d’infrastructures) et des pressions politiques quotidiennes relatives à son activité lorsque le pays ouvrait ses portes aux géants de l’agro-business. 

La  protection de l’équipe locale du moine Sayadaw Ashin Ottamathara (initiateur du projet) et des étudiants birmans ont été les seuls appuis de Céline dans ce projet.

Fondateur des monastères bouddhistes, centre de méditation Vipassana nommé Thabarwa Nature Center, ce dernier est venu à notre rencontre avec son équipe au Vietnam début 2018. Il a dès lors formulé le souhait de construire une micro-ferme similaire pour son monastère situé à Thanlyin (à 1h30 de route au sud de Yangoon en Birmanie).

Sage et méditant, juste et humaniste, son monastère est un refuge pour ceux et celles souhaitant un nouveau départ. Les oubliés, les réfugiés, les orphelins, les personnes âgées, les malades, les personnes seules et sans revenu, les volontaires internationaux, les animaux maltraités…Le monastère est l’incarnation dans la matière de l’ouverture du cœur et l’exemple à suivre d’un système résilient fondé sur le maillage social.

S’opposant au système d’exploitation de la Nature par l’humain, Sayadaw Ashin Ottamathara souhaitait offrir un autre exemple de résilience humaine et alimentaire au sein de son pays.

Dans ce projet, il s’agissait de transformer une décharge à ciel ouvert en terre fertile et résiliente.

Le challenge en quelques mots

  • Transformer une décharge à ciel ouvert en ferme productive au milieu de la jungle,
  • Régénérer le microbiote des sols,
  • Transmettre les méthodes de l’aquaponie régénérative des sols et low-tech à 45 étudiants birmans,
  • Un contexte menaçant et instable politiquement,
  • Des conditions sanitaires mettant à l’épreuve,
  • Une force d’action du maillage social.

Et en images

La ferme de la Drôme

La ferme de la Drôme est une ferme expérimentale constituée d’unités de culture hors-sols low-tech et résiliantes et d’une parcelle maraîchère en plein champ

Drôme

Soutenez la Ferme Blue Soil

Faire un don Faire un don