“COMMENT”
la Ceinture alimentaire ?

Combiner plusieurs méthodes de cultures et d’élevage (insectes, abeilles…) ordonnées selon la temporalité de cicatrisation des écosystèmes

Combiner plusieurs méthodes de culture et d’élevage (insectes, abeilles…) ordonnées selon la temporalité de régénération des écosystèmes. 

Les méthodes sont déployées en 3 étapes :

Avant de plonger dans la culture en eau, il faut bien distinguer les types de cultures hors-sol low-tech et résilientes, des cultures hors-sol conventionnelles non résilientes.

Les systèmes hors-sols

Cultures hors-sol low-tech, résilientes et vivantes

Aucun engrais
Aucun traitement
Système en un bloc où l’eau circule continuellement dans un seul et même circuit d’eau fermé
Ajout d’eau de pluie en fonction de l’évaporation
Aucune exploitation animale
Assiette végétale ou végétarienne locale
Polyculture
Basses technologie (low-tech)
Petites unités autonomes reliées aux parcelles agricoles ou ceinture alimentaire
Aucune dépendance aux flux des transports et flux logistiques

→ Aquaponie régénérative des sols

Cultures hors-sol conventionnelles non résilientes

Dépendent d’engrais importés
Injection d’antibiotiques, antiparasitaires…
Systèmes découplés en deux systèmes indépendants afin de préserver les systèmes aquacoles
5% (ou plus) d’ajout d’eau par jour
80% de la rentabilité se fait par la pisciculture intensive
Monoculture
Systèmes énergivores (électricité)
High-tech et serres intelligentes
Réquisition des terres agricoles pour du hors-sol sur des hectares
Systèmes à grande échelle centralisé
Dépendance aux transports et flux logistiques

→ Hydroponie
→ Aquaponie classique
→ Aéroponie

Éviter de retomber dans des systèmes dépendants des énergies, de l’extraction de minéraux et du transport

Le principal concept des cultures hors-sol conventionnelles consiste en une culture de plantes réalisée sur un substrat neutre et inerte (mousse). Ce substrat est régulièrement irrigué d’un courant de solution qui apporte des sels minéraux et des nutriments essentiels au développement de la plante.  La solution nutritive provient généralement d’engrais liquides fabriqués artificiellement à partir de l’extraction de minéraux (tel que le phosphore qui est limité).

Elle est acheminée aux racines des plantes par des pompes situées dans les bassins d’eau. 

L’eau n’est pas en circulation dans un circuit fermé.

Fonctionnement de l’aquaponie conventionnelle

L’aquaponie provient de l’alliance de deux disciplines : l’aquaculture (culture d’espèces aquatiques) et l’hydoponie (culture de plantes en eau). L’aquaponie utilise les déjections des poissons comme source de nutriments naturels disponibles pour la culture végétale. L’eau, en constante recirculation dans un circuit fermé, est dès lors naturellement filtrée par les racines des plantes.

L’aquaponie est souvent présentée comme l’association de la pisciculture et de l’hydroponie, pourtant la composante bactérienne joue un rôle très important dans la gestion de ce système.

L’aquaponie régénérative des sols met en avant ce système symbiotique combiné de 3 écosystèmes. Elle propose une triple culture : la pisciculture, la culture végétale et la culture de micro-organismes. Le travail des micro-organismes est central dans l’optique d’obtenir des nutriments disponibles sous forme absorbable pour les plantes. Ils représentent un microbiote vivant utilisable en eau et en terre.

L’aquaponie permet d’économiser entre 80 et 90% d’eau douce par an comparé aux cultures en pleine terre – Cependant ce pourcentage varie en fonction des climats.

LES 3 ÉTAPES DE LA CEINTURE ALIMENTAIRE

Résilience pour répondre aux besoins civils

Comment nourrir 67 millions de français dans un monde en crise avec des écosystèmes en burn out ?

Dans le contexte actuel, nous avons oublié de prendre en compte la notion de temporalité des processus régénératifs du sol. Les enjeux sont multiples et simultanés :

  • Régénérer la Nature, restaurer ses services écosystémiques,
  • Alimenter une population croissante,
  • Être patient dans l’urgence.

En fonction de l’état de dégradation des écosystèmes et notamment de celui du sol, la production risque donc de ne pas être au rendez-vous avec l’urgence actuelle et des besoins alimentaires croissants.

Première étape
L’aquaponie régénérative des sols

Un auxiliaire temporaire

Une réponse immédiate pour la résilience alimentaire

L’aquaponie régénérative des sols met en avant le système symbiotique combinant 3 écosystèmes. Elle propose une triple culture : la pisciculture, la culture végétale et la culture de micro-organismes. Le travail des micro-organismes est central dans l’optique d’obtenir des nutriments disponibles sous forme absorbable pour les plantes. Ils représentent un microbiote vivant utilisable en eau et en terre.

Nous œuvrons pour une aquaponie régénérative des sols. Basée sur les processus biomimétiques des écosystèmes, la gestion est entièrement symbiotique et écologique. L’aquaponie régénérative des sols offre deux perspectives :

  1. La résilience alimentaire à très court terme,
  2. La régénération du microbiote des sols (procédé innovant).

Une triple production :

  • Production de fruits, de légumes sains et 100% naturels,
  • Production en aquaculture (poissons, écrevisses),
  • Production de micro-organismes régénérateurs du microbiote des sols.

Dans le cadre des perspectives agricoles, la régularité des tests permet de contrôler la qualité de l’eau et surtout de suivre l’activité des micro-organismes opérant dans le système. Cette permanence des prises de mesures permet de surveiller qu’aucune maladie ne se développe et garantit l’innocuité de l’eau et des productions agricoles.

Aucun antibiotique, antifongique, antiparasitaire, pesticide, herbicide, insecticide et intrants sont nécessaires. 

L’économie de l’eau et le recyclage des déchets naturels issus de nos systèmes sont les clefs de notre modèle régénératif.

Une innovation pour régénérer le microbiote du sol sur le très court terme

L’aquaponie régénérative est bien ancrée dans le sol malgré les apparences. Son fonctionnement est similaire à celui du microbiote du sol. 

Notre démarche s’inspire des travaux du Dr. Elaine INGHAM, célèbre microbiologiste américaine de renommée internationale pour ses travaux sur le compost et sur la revivification des sols. Nous avons pensé un système conçu sur les processus biomimétiques des écosystèmes, c’est-à-dire, un système élaboré sur la compréhension et l’imitation des processus hydrologiques et microbiologiques des cours d’eau naturels et dans le sol. Ces notions sont fondamentales et cruciales pour un système d’aquaponie régénératif des sols, autonome, sans carence, désindexé du pétrole et de tout intrant ou engrais artificiel.

Les microorganismes cultivés dans nos systèmes représentent l’élixir que nous utilisons pour ensemencer les sols infertiles. La composante régénérative de l’aquaponie provient donc de la manière dont sont cultivés les microorganismes et du mouvement de l’eau.


Nos principes éthiques vis-à-vis de l’aquaponie


  1. L’utilisation des courants d’eau amène une oxygénation naturelle couplée au mouvement de l’eau en vortex. Ces procédés sont issus de l’étude des cours d’eau naturels et sont la clef du monde vivant aquatique,
  2. Le respect du vivant et le bien-être des animaux sont des facteurs déterminants pour le dimensionnement et la taille des systèmes d’aquaponie régénérative des sols,
  3. La Ferme Blue Soil s’est construite autour du bien-être du Vivant et nous sommes engagés à promouvoir une aquaponie de transition et régénérative afin de faire revenir la production agricole au sol.

« L’aquaponie régénérative des sols est un outil de résilience permettant d’assurer une sécurité alimentaire le temps que la vie reprenne dans nos sols » Céline BASSET

Deuxième étape
Un système auxiliaire relié aux ceintures maraîchères et aux exploitations agricoles existantes

Accompagnement productif et temps de régénération pour les sols des ceintures maraîchères.

À court et moyen terme, une fois que la sécurité alimentaire est assurée temporairement, cette étape consiste à mettre en place, et au plus vite, une agriculture régénérative et pérenne. 

La résilience écologique repose sur la succession de stades de « cicatrisation écologique » qui suivent une perturbation écologique (désertification, pollution, incendie, labour)

Les successions de stades sont les suivantes et s’étalent dans le temps.

  • Sol nu,
  • Stade mucinal,
  • Stade des graminés vivaces,
  • Stade buissons et boisement pionniers,
  • Stade des arbres à croissance rapide,
  • Stade du climax forestier.

La succession des micro-organismes du sol engendre la succession écologique.

Succession écologique

Le système d’aquaponie régénérative est donc un système auxiliaire, temporaire et transitoire servant d’une part à fournir des assiettes végétale/végétarienne et surtout à ensemencer les sols infertiles et nus avec les micro-organismes cultivés.

  • Un outil de transition agricole pour ensemencer les sols et générer des lignes de production avec le hors sol,
  • Un moyen pour enclencher rapidement le changement des pratiques conventionnelles vers des pratiques d’agriculture régénérative basées sur des processus biomimétiques,
  • Une solution pour stopper immédiatement les intrants chimiques,
  • Il permet de laisser le temps à la Nature de cicatriser,
  • Un moyen de multiplier les lignes de production et les sources de revenus,
  • Stimule les ateliers de transformation et l’économie locale.

« Nous sommes les jardiniers de la planète et c’est notre responsabilité en tant qu’être humain. Elle n’est pas d’extraire, ni de détruire, elle revient à maintenir les interactions naturelles de manière à préserver notre société »Dr. Elaine INGHAM

Troisième étape
Des forêts comestibles et des zones sauvages

Planter des forêts comestibles et laisser les zones sauvages pour une gestion durable des territoires

À plus long terme, la régénération des écosystèmes forestiers prend des dizaines d’années voir des siècles. La productivité de l’agroforesterie dépend d’une temporalité étalonnée sur la croissance des arbres.

Les arbres permettent de structurer le sol et d’infiltrer l’eau des précipitations dans les nappes phréatiques. Ces mêmes nappes phréatiques gonflent les ruisseaux et rivières qui se jettent dans la mer.

Gardiens du cycle des eaux continentales et de la biodiversité, les arbres assurent une fonction physiologique clef pour la régénération des écosystèmes et garantissent la stabilité du climat.

« Notre place d’humain n’est alors rien d’autre que celle d’accompagner la Terre dans sa cicatrisation avec l’ensemble des méthodes naturelles disponibles » – C.B.

“Bénéfices”
de la ceinture alimentaire

Sécurité civile et alimentaire, Écologie, Sphères économique et sociale

Bénéfices
Logo Archimède, organisme de formation

Archimède

L'organisme de formation Archimède propose des certifications professionnelles et des formations en aquaponie régénérative des sols et en écoagriculture.

Inscrivez-vous à notre newsletter pour être tenu(e) informé(e) de l'ouverture prochaine du site Archimède.